Lettre ouverte à Mr Fiscus ex-préfet du Calvados

lundi 6 janvier 2020
par  ldh caen
popularité : 31%

Monsieur,

Vous allez quitter le département et c’est une bonne nouvelle pour les défenseurs des droits que nous sommes.
Dans la presse vous assumez les atteintes aux libertés fondamentales que vous avez, avec vos services, mis en œuvre. Vous resterez comme le fonctionnaire qui a interdit les manifestations de nombreux samedis dans le centre ville de Caen. Vous l’avez fait au moyen d’arrêtés qui sont pratiquement une suite de copier-coller comme si l’accumulation des mêmes sur des mois valait argumentation.
La justification de vos interdictions se fonde sur des amalgames : « j’ai vu la peste brun et rouge s’allier » dites vous aujourd’hui, sans apporter la moindre preuve de cette assertion. Dans vos arrêtés, vous évoquez les informations des services de renseignement sur des « individus radicaux présents en nombre important » et qui envisagent « des actions violentes dans le centre ville lieu de concentration de bâtiments publics et de commerces pour certains symboliques » (Arrêté du 14 novembre 2019). Nul n’a vu se vérifier ces « prédictions » et les « radicaux » pourtant en nombre important n’ont rien fait . Vous vous livrez à des appréciations purement subjectives pour mettre en cause le droit de manifester.
Vos arrêtés ont été rendu publics la veille ce qui rendait inopérant le recours à des référés liberté, le délai étant trop court pour rendre applicable une annulation de vos décisions arbitraires.
Avec aussi peu de transparence, prendre systématiquement des arrêtés d’interdiction c’est banaliser la restriction des libertés publiques
Ces arrêtés ont servi à pratiquer des verbalisations, des interpellations avec privation temporaire de liberté sans suites pénales. Le 31 août les forces de police ont « nassé » des dizaines de personnes dans le haut de la rue Ecuyère pour être verbalisées ;. Des musiciens et des spectateurs ont subi des verbalisations un autre jour.. Et ceci alors qu’aucun acte de violence n’avait lieu.
Vous reconnaissez vous même le caractère arbitraire de ces pratiques puisque – d’après vos chiffres –sur près de 300 interpellations seuls 11 ont été condamné à de la prison ferme (et une centaine de condamnations diverses). Il s’agit donc, concernant la grande majorité des personnes de mesures arbitraires pour décourager les manifestants et vous osez prétendre que « toutes les libertés ont été garanties » !
Vous avez agi avec la même désinvolture vis à vis des droits fondamentaux que dans le cas des migrants et des squats que vous expulsez alors que l’État est incapable de remplir ses obligations liées au code de la famille comme nous vous l’avons rappelé avec 21 autres associations.
Autant que vos actes, l’autosatisfaction dont vous faites preuve est un symptôme inquiétant pour la vie démocratique : pas un regret pas une nuance, force reste à la loi que vous prétendez incarner sans tenir compte des déclarations des droits et des limites au pouvoir de l’administration ;
Nous ne vous regretterons pas !
Pour ne pas insulter l’avenir, nous espérons que votre successeur soit plus au fait des droits de l’Homme et que responsable de l’ordre public, il respectera, par des moyens proportionnés et non provocateurs source de dangers , le droit de manifester.

Pour la section de Caen