communiqué

lundi 7 octobre 2019
par  ldh caen
popularité : 100%

Communiqué de presse

Des musicien-ne-s et chanteu-se-r-s sont convoqué-e-s au tribunal de police ce mercredi 9 octobre.
Le samedi 6 avril la police a verbalisé des artistes suite à l’interdiction des manifestations le samedi dans le centre ville : Interdire une manifestation est un acte grave, c’est une restriction des libertés fondamentales .
Une telle décision ne devrait être prise que si cette mesure est proportionnée à un danger indéniable : c’est ce que répètent sans être entendues les institutions internationales.
.
Les arrêtés d’interdiction (rendus publics moins de 48 heures avant) ne peuvent être contestés effectivement devant les juges. Par contre, ils permettent des verbalisations arbitraires qui deviennent aujourd’hui une stratégie de maintien de l’ordre fondée sur l’intimidation par des sanctions financières .
Pour la LDH il n’y a pas de petites atteintes aux droits de l’homme, il n’y a pas lieu d’accepter que que les serviteurs de l’Etat puissent se soustraire au contrôle citoyen et à celui des juges .

La LDH souhaite que le tribunal prenne en compte la légalité douteuse de telles pratiques et relaxe les prévenu-e-s

Caen le 7 octobre 2019

0688079778