Contre la privatisation de l’aéroport de Paris

lundi 16 septembre 2019
par  ldh caen
popularité : 11%

Aéroports de Paris (ADP), ce sont 6 680 hectares d’infrastructures et de terrains
en région parisienne, 200 millions de recettes publiques annuelles et 26 000 salariés.

La bataille contre sa privatisation est engagée et concerne la société toute entière. C’est une bataille pour la démocratie car il va revenir à toutes et tous de pouvoir décider si un référendum est organisé. Mais c’est aussi une bataille contre
les privatisations et pour la préservation et le développement des biens communs et pour les services publics. C’est aussi un combat pour la sauvegarde de l’environnement et pour la transition écologique car rien ne serait pire que laisser
les clefs du transport aérien aux intérêts privés.

Depuis des années la privatisation des biens publics se fait à marche forcée.
Des entreprises assurant des services publics sont vendues à des intérêts privés. Ignorant des objectifs sociaux et environnementaux de long terme, elles en profitent pour augmenter leurs prix, au détriment des usagers. Elles les transforment
en machines à produire des dividendes pour les actionnaires, privant les finances publiques, et donc les services publics, de sommes considérables. Le scandale de
la privatisation des autoroutes, celle de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, impulsée par l’actuel président de la République lorsqu’il était ministre, en sont de tristes exemples.

Mais cela ne leur suffit pas : outre les aéroports, la Française des Jeux, Engie, l’Office National de la Forêt, les barrages hydroélectriques, les ports, les routes nationales et d’autres sont les nouvelles cibles.
Pendant ce temps, les hôpitaux publics sont au bord de l’explosion, des services hospitaliers, des lignes ferroviaires et des bureaux de postes ferment, les services publics s’éloignent des usagers, le statut de la Fonction publique est démantelé,
les administrations et les entreprises publiques sont de plus en plus gérées comme des entreprises privées avec pour seul critère la rentabilité financière, au détriment de la satisfaction des besoins sociaux de toute la population.
Pour que puisse se tenir un référendum national, il faut rassembler 4,7 millions
de signatures. Si cet objectif est atteint, ce sera un grand coup d’arrêt au rouleau-compresseur d’Emmanuel Macron et de son gouvernement, qui projettent de privatiser un grand pan de l’économie et qui laminent ce qu’il reste de services publics.

Signez et faites signer
pour la tenue du référendum contre la privatisation d’ADP !

Pour demander la tenue du référendum, deux possibilités :

1) Sur internet : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Seuls 4 navigateurs permettent d’y accéder : Google Chrome, Firefox, Safari et Edge.
Cochez d’abord la case "Je soutiens" (à droite de la date de clôture) puis cliquez
sur "Suivant". Munissez-vous de votre carte d’électeur et de votre pièce d’identité
et répondez soigneusement aux questions.
A la fin, pensez bien à imprimer ou enregistrer votre récépissé de vote. Puis vérifiez quelques jours après que votre soutien a bien été pris en compte.

2) Par papier : formulaire CERFA

Remplissez le formulaire papier CERFA n° 15264*02 et apportez-le à la mairie de la commune la plus peuplée de votre canton, muni de votre carte d’électeur et de votre pièce d’identité.
Un récépissé vous sera remis après bon enregistrement de votre formulaire de soutien.

QR code pour accéder au site de recueil des soutiens

Collectif référendum ADP 14 – organisations membres à ce jour :

Collectif Droits des femmes, ATTAC, Ligue des droits de l’Homme,
Gilets jaunes de Vire, CGT, Solidaires, Jeunes communistes,
La France insoumise, Nouveau parti anticapitaliste, Ensemble,
Génération.s

➢ Rejoignez-nous dans cette campagne !

Contact : referendum.adp14@lilo.org

cerfa :

PDF - 811.1 ko

tract commun :

PDF - 622.7 ko