Lettre ouverte au Préfet / Squat du Marais

jeudi 29 août 2019
par  ldh caen
popularité : 13%

Monsieur le Préfet du Calvados,
Préfecture du Calvados
1 Rue Daniel Huet
14000 Caen
À Caen, la 27 août 2019

Monsieur Le Préfet,

Nous vous demandons de ne pas expulser le squat du Marais.
Le squat du Marais, officialisé en avril 2018, héberge plus de 250 personnes, dont 60 enfants. Après
saisi du tribunal par le propriétaire Engie, un jugement a permis d’obtenir un délais d’un an, contre
l’avis du propriétaire qui n’avais aucun projet sur le lieu vacant, ce qui est toujours le cas. Ce délai
est terminé et après 16 mois d’occupation, le Marais est « expulsable » dès le 2 septembre 2019.
Lors des 6 dernières années d’activité, l’AG de lutte contre toutes les expulsions a ouvert près d’une
trentaine de squats et 10 le sont toujours. Ce sont ainsi près de 500 personnes exilées qui vivent
dans les squats à Caen, 500 personnes à qui le Droit au Logement est refusé notamment par vos
services. Il y a pourtant plus de 8500 logements vides dans l’agglomération qui pourraient être
réquisitionnés. Visiblement, votre politique est de donner priorité au droit de propriété sur le droit
au logement.
Le droit au logement est un droit inconditionnel, quelle que soit la situation de l’individu.
De plus, vous savez très bien que les dispositifs d’hébergement mis en place par l’État et les
collectivités territoriales sont largement insuffisants et inadaptés. Dans ce contexte, vous annoncez
vouloir accentuer votre politique de « résorption des squats » (sic.)., politique qui a encore justifié
l’expulsion de centaines de personnes à Caen cette année. Aucune solution de relogement pérenne
ne leur a été proposée, et vous ne leur avez accordé que quelques nuits d’hôtel avant de les jeter à
la rue, contrevenant aux obligations prescrites par le Code de l’Action Sociale et des Familles dans
l’Article L345-2-2 :
Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout
moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence.
Vous préoccupez vous donc des conséquences humaines qu’induisent ces expulsions ? Pensez-vous
aux enfants en cette période de rentrée scolaire ? Sans solution de relogement pérenne pour toutes
les personnes habitant au Marais, nous nous opposons à son expulsion.

EN SOLIDARITÉ AVEC LES PERSONNES EXILÉES et CONTRE LA MACHINE À EXPULSER

LE JOUR DE L’EXPULSION DU MARAIS,

Nous appelons à un RASSEMBLEMENT A 18H DEVANT LA PRÉFECTURE

L’Assemblée générale de lutte contre toutes les expulsions, l’Assemblée de Défense du Marais, les habitant-e-s du Marais,