Un cri dans la ville. 25 Mars OUISTREHAM

lundi 19 mars 2018
par  ldh caen
popularité : 12%

Un cri dans la ville (Mode d’emploi)

Nous connaissons tous la situation des jeunes migrants de Ouistreham. Inutile de la redire ici.
Nous agissons tous à notre façon pour venir en aide et pour changer ces conditions. Impensable de fermer les yeux.
Nous partageons tous la même colère, la même honte et les mêmes inquiétudes. Inconcevable de les taire.
Parce que nous pensons que ne pas agir et rester silencieux serait inhumain dans ce pays qui fut, et qui, pour les citoyens que nous sommes, doit rester celui des Lumières et des droits de l’Homme. Parce que nous nous devons d’opposer une parole à celle des contres, des indifférents, des violents, des porteurs de haine et d’exclusion. Parce que nous nous devons de dire la vérité, la souffrance autant que les rêves, de ces jeunes inaudibles. Parce que nous désirons rendre visible toute cette solidarité et cette infinité de petits gestes envers ces ouistrehamais de passage. Parce que nous voulons donner corps à cette multitude d’émotions qui nous traversent et les traversent, le CAMO vous propose un événement symbolique et participatif autour du cri et de ses différentes déclinaisons le dimanche 25 mars 2018 entre 15h00 et 17h00 à Ouistreham.

Déroulé et mode d’emploi
1/ En amont de l’événement
- « Selfcris » : chaque participant fait des selfies de lui, de sa famille, de ses enfants et de ses amis. Il cadre en close-up sa bouche en train de crier. Les photos sont imprimées sur un A4 au format paysage (plastifié ou sous pochette plastique si possible) ;
- « Si c’est tes cris ! » : dans le même temps, nous vous proposons de collaborer à la préparation de cet événement en écrivant sur notre page Facebook « un cri dans la ville » et en quelques mots, les raisons que vous avez de venir crier avec nous. Le jour du rassemblement, des crieurs publics passeront parmi nous pour dire vos messages.
https://www.facebook.com/Un-cri-dans-la-ville-19824411286…/…

2/ Le jour du rassemblement
Vous apporterez chacun un maximum de selfcris et le nécessaire pour les attacher solidement aux grilles (colson, morceau de ficelle, fil de fer…, pinces à linge ) et nous commencerons par accrocher vos images de cri.

Dans un second temps, la foule présente sur le lieu du rassemblement, aux ordres de plusieurs crieurs publics, poussera une série de cri à l’unisson de différentes tonalités, de différentes intensités et de différentes durées (un cri de colère, un cri d’effroi, un cri d’alerte, un cri de guerre, un cri de joie, …)

Nous vous proposons un dress-code collectif, en venant tous vêtus de noir afin de composer une masse hurlante uniforme et sombre. Compléter cette panoplie avec un foulard ou une écharpe colorée.

3/ Après le rassemblement
Restera dans la ville redevenue silencieuse l’image de ces cris et, dans la mémoire de tous, l’écho sonore d’une foule unie et revivifiée d’avoir communié d’une même voix.